Et si on faisait un test ?...

Publié le par Emilie

Il y a un an tout juste, j'achetais un test en pharmacie....

Loin de moi l'idée d'y croire. Non. Mes cycles sont toujours longs depuis quelques années. C'est comme ça, on s'y habitue. C'est ma nature. Mais c'est vrai que celui là l'était particulièrement... Et en parallèle, j'avais mes douleurs habituelles, celles qui annoncent que le présent cycle est bouclé. Je ne m'inquiétais donc pas d'être enceinte, mais juste du fait que ça traînait.
Pari était pris avec ma moitié que si, en ce samedi (oui, nous étions un samedi, c'est sûr), rien n'arrivait, je filerais à la pharmacie acheter un test de grossesse, histoire de "s'enlever un doute". Pour ma part, c'était surtout sur le ton de l'humour. Je n'avais, de plus, jamais fait ce genre de test, ce qui faisait donc monter un peu l'excitation.....un genre d'entraînement pour le jour où j'en aurais réellement besoin, quoi....
La fin d'après midi arrivant, ma moitié étant en compétition de golf, je ne voyais toujours rien venir. Je n'ai qu'une parole et filais donc - in extremis  - à la pharmacie pour faire les emplettes prévues. La pharmacienne me conseilla sympathiquement d'attendre d'avoir un petit peu de retard (heu, oui, ça, c'est fait) et que ce genre de test était utilisable dans l'immédiat (il devait être 18h30).
Test emballé, acheté, ramené à la maison. Et rangé dans le tiroir de la salle de bain......
Ce soir là, nous dînions chez mon frère et ma belle soeur. Je me rappelle qu'il faisait bon, que ma belle soeur n'en pouvait plus tellement son ventre lui pesait. On pressentait que petite Louise allait se faire désirer, faisant stresser sa maman. D'autant que les ponts de mai arrivaient et que, dans ces cas là, les péridurales sont plutôt aléatoires....
Je confirmais mon achat à mon cher et tendre, tandis que lui, faisait des allusions devant mon frère sous mes yeux écarquillés. Un regard qui disait clairement : "non mais t'es tombé sur la tête ou quoi ??? Ca va pas de raconter tout ça ?...". Et en même temps, j'ai refusé vin et café durant le dîner, ce qui n'est pas mon habitude...
Nous sommes ensuite rentrés dans notre petit nid, passant forcément par la salle de bain avant d'aller se coucher. Pour se brosser les dents, bien sûr. Rien de plus..... Je me laissais la nuit. Après tout, je n'allais pas gâcher un test bêtement. Il n'y avait quasiment aucune chance que ce soit ça, nous avions le temps, autant attendre..... Je remettais donc au lendemain matin...

Aujourd'hui, je me remets de mon jeûne glucidique... Tout s'est bien passé mais il faut avouer que c'est fatiguant. En plus de ne manger que des choses sans, et uniquement, sans glucide (ce qui réduit pas mal la liste), il faut contrôler sa glycémie le plus souvent possible (toutes les heures, voire toutes les 2 heures la nuit). Par contre, cette expérience est sans conteste riche d'enseignements. Le bilan est que, d'une part, mes réglages ne sont pas si mauvais que ça, bien au contraire. Seuls quelques affinages sont à faire. D'autre part, je suis contente d'avoir tenu bon, de m'être prouvée que je pouvais le faire (malgré l'angoisse de ne pas manger de féculent, ce qui m'avait été présenté comme sine qua none durant mon éducation primaire). Enfin, je vais pouvoir passer à l'étape numéro 2....

Il est 23h25 et je vais aller rejoindre mon homme avant qu'il ne parte tôt demain pour Paris puis Reims, déplacement professionnel oblige. Je pense qu'il prendra certainement la parole ici, se souvenant lui aussi de cette jolie aventure. De notre belle aventure....
Il y a un an tout juste, notre ignorance n'allait plus tarder à prendre fin.....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article